L’hydrogène bascule en mode industriel sur le pourtour de l’Etang de Berre

Actualités
L’hydrogène bascule en mode industriel sur le pourtour de l’Etang de Berre
Site de la bioraffinerie de Total à La Mède
21 Janvier 2021 / Eco-Industries, Energies, Investir en provence

Total, Engie, Arcelor-Mittal, Air Liquide,... résumé des projets industriels à l'ouest du territoire

Un an après la mise en service de la production de biocarburants, la raffinerie Total de la Mède franchira un nouveau cap stratégique en 2024 en produisant de l’hydrogène vert sur son site à l’échelle industrielle, à partir d’énergie renouvelable. Total et Engie ont signé un accord de coopération pour porter ensemble ce projet surnommé "Masshylia" qui vise la construction d’une ferme photovoltaïque, d’un électrolyseur et d’une unité de stockage de l’hydrogène permettant de réduire les émissions de CO2 lors de la fabrication des biocarburants. Convaincu de son potentiel dans le mix énergétique, le territoire Provençal est depuis bientôt 15 ans promoteur de la filière hydrogène en France. 

Le plus grand site français de production d’hydrogène vert à partir de l’électricité 100% renouvelable devrait voir le jour en 2024 en Provence, sur les terres de la bioraffinerie de Châteauneuf-les-Martigues. Total et Engie ont signé, mi-janvier 2020, un accord de coopération pour concevoir, développer, construire et exploiter la plus grande unité de production d’hydrogène vert destinée à fournir en continu la bioraffinerie, évitant le rejet de 15 000 tonnes de CO2 par an.

Soutenu par les collectivités locales, le projet "Masshylia" reste suspendu aux financements nationaux (AMI) et européens (IPCEI / Fonds de l’innovation). Les énergéticiens français misent sur un démarrage de la construction des installations en 2022. La ferme solaire de 100 MW sera reliée à un électrolyseur de 40 MW qui produira 5 tonnes par jour d’hydrogène vert avec la capacité à terme d’augmenter la production quotidienne à 15 tonnes. Un potentiel propice à de nouvelles collaborations industrielles.

Création d’un Centre International d’Expertise en Hydrogène

"Nous ajoutons ici en Provence une nouvelle brique énergétique pour atteindre la neutralité carbone à horizon 2050. Ce hub innovant de production d’hydrogène vert à grande échelle devrait nous permettre de réaliser des progrès considérables y compris dans l’industrialisation des équipements. Il contribuera donc à la baisse des coûts, facteur clef du développement de la filière et des applications industrielles. Cette chaîne vertueuse englobe également un volet formation avec un projet de création d’un Centre International d’Expertise sur la sécurité de l’hydrogène notamment en partenariat avec l’ENSOSP (*)", détaille Jean-Michel Diaz, délégué régional Méditerranée de Total et président du GMIF (**).  

Le projet intègre cinq innovations majeures parmi lesquelles le stockage à grande échelle de l’hydrogène, l’optimisation de l’intégration de plusieurs fermes photovoltaïques et un système de pilotage digital de la fourniture d’hydrogène en continu, avec une gestion en temps réel de la production d’électricité solaire. Cette annonce stratégique intervient au moment même où l’État a installé le Conseil National de l’Hydrogène, qui réunit les grands industriels avec comme ambition de parvenir à une filière compétitive de l’hydrogène décarboné d’ici dix ans.

Arcelor-Mittal engagé dans la production d’aciers verts

À Fos-sur-Mer, Arcelor-Mittal a montré la voie ces derniers mois en s’engageant dans la production d’aciers verts afin de réduire de 20% ses émissions de CO2 en 2030. ArcelorMittal Méditerranée va abriter un site pilote (Carbalyst) pour capter les gaz résiduels (dont le CO2) émis par les hauts-fourneaux pour le transformer en éthanol, acétone. Ce procédé permettra d’accroître les économies de CO2 grâce à un électrolyseur à grande échelle qui produira l’hydrogène à partir d’électricité renouvelable. En parallèle, ArcelorMittal Méditerranée —qui a fabriqué en 2019 3,6 MT d’acier— s’est lancé dans la stratégie "Smart Carbon" visant à remplacer le charbon par de l’hydrogène pour fabriquer du minerai de fer.

De Jupiter 1000 à la première station poids-lourds à hydrogène

Ces projets viennent couronner les efforts d’innovation engagés depuis 2017 sur le territoire pour promouvoir l’hydrogène. C’est sur la plate-forme d’innovation PIICTO que les premières expérimentations autour de la transformation et du stockage des énergies renouvelables ont débuté. Précurseur, le démonstrateur "power to gas" Jupiter 1000 convertit le surplus d’électricité en hydrogène vert sous l’action de deux électrolyseurs.  

Cette dynamique initiée sur le port de Fos va se poursuivre autour de la mobilité avec l’arrivée en 2022 de huit camions H2 de 44 t long courrier. Carrefour et le transporteur Jacky Perrenot sont partenaires du projet HyAMMED, soutenu par l’ADEME depuis 2020. Les camions s’avitailleront dans une station de distribution d’hydrogène bas carbone mise en service dans deux ans chez Air Liquide.

L’engagement des acteurs de la métropole Aix-Marseille-Provence

La métropole Aix-Marseille Provence aux côtés de Capenergies soutient activement la filière hydrogène qui fédère localement une centaine d’entreprises. Leurs projets autour de l’hydrogène vert permettent à la Métropole d’être un territoire leader dans le développement de cette énergie avec un premier marché "industriel" qui prépare à la mobilité de demain.

En juillet 2019, le territoire avait accueilli les "Journées de l’Hydrogène". Il aspire à devenir d’ici 10 ans, le hub méditerranéen de production et de distribution de l’hydrogène. De grands noms ce cette filière sont attirés par cette dynamique.

Avec un ensemble d’acteurs, Provence Promotion agit auprès des industriels afin de faciliter leur installation sur le territoire.

(*) École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers basée à Aix-en-Provence.
(**) Groupement Maritime et Industriel de Fos

Silhouette
PROVENCE PROMOTION